Conséquences des gelées d’avril

Le début du printemps a été exceptionnellement doux, accélérant la reprise de la végétation, jusqu’au dernier sursaut de l’hiver et ses gelées d’avril. Certains bourgeons et jeunes feuillages en ont souffert.

Dans l’ensemble, les dégâts des gelées tardives sont oubliés. Bien sûr, il en reste des traces au jardin mais rien de dramatique, rien d’irréversible, aucun arbuste perdu…  Et puis, je suis de nature optimiste!

Les boutons floraux de la glycine ont complètement grillé, pendouillant lamentablement, tout bruns. Je les avais arrachés et laissés sur le sol, en paillis.  Envolée la promesse d’une profusion de fleurs parfumées…
Mais la glycine a quand même réussi à ouvrir trois fleurs fin mai, en même temps qu’elle étendait son jeune feuillage.

Le viburnum plicatum ‘Watanabe’ a gardé des feuilles « bicolores », moitié sèches, moitié saines… Une originalité de 2017.   Il n’y paraîtra plus avec le nouveau feuillage de l’année prochaine…

viburnum plicatum ‘Watanabe’ a gardé des traces des gelées tardives

Le jeune feuillage du cotinus avait totalement grillé lui aussi mais il a rapidement fait de nouvelles feuilles.

cotinus coggygria début mai

J’ai profité de l’occasion pour le tailler encore un peu plus court, en petit buisson touffu. De toute façon, j’avais justement l’idée de dégager la vue sur l’appentis à bois. Les cotinus se taillent vraiment très bien, ils refont des feuilles sur le tronc! Et maintenant, plus aucune trace de ces déboires printaniers! 

cotinus

Le Schyzophragma hydrangeoides, m’avait fait très peur. C’était la première année qu’il était beau et semblait enfin vouloir s’accrocher au mur pour grimper et de le voir tout pantelant m’avait vraiment déçue.  Mais il s’est bien remis de ses émotions lui aussi!

schyzophragma hydrangeoides avant les gelées d’avril, au lendemain des gelées et aujourd’hui

Pareil pour l’hdyrangea macrophylla que j’avais justement retaillé court, à côté de la cabane. Il avait bien gelé!

hydrangea macrophylla le 7 mai

Il a bien repris vigueur et je crois que j’aurai même une fleur!

L’hydrangea serrata ‘Santiago’ est celui qui a le plus de séquelles. Je crois bien que la moitié de l’arbuste est fichue! C’est assez frustrant car il n’est planté que depuis quelques mois et j’espérais profiter de ses fleurs et de ses belles couleurs automnales cette année… Mais bon, avec optimisme, je m’efforce de ne voir que la moitié vivante!

hydrangea serrata ‘Santiago’

L’hydrangea paniculata ‘Méga Mindy’ a un beau feuillage frais…

L’acer palmatum atropurpureum était vraiment en piteux état fin avril.  J’avais coupé toutes les feuilles sèches et aujourd’hui plus rien n’y paraît!

Les pivoines sont sans soucis. Même la pivoine Itoh, toute ramollo au lendemain des nuits glacées, s’est vite redressée et présente un beau feuillage.

Le cercidiphyllum pointait encore mi mai des bouts de branches sèches qui n’avaient pas refait de nouvelles feuilles mais le nouveau feuillage cache tout ça aujourd’hui… 

cercidiphyllum mi-mai et aujourd’hui

Le petit bout de persicaria ‘Red Dragon’ offert par Caroline l’automne dernier ressemblait à une salade cuite au moment des gelées d’avril mais 10 jours plus tard, elle refaisait des feuilles et regardez-là à présent, avec son beau feuillage pourpre!

 Les pommiers nous offriront quand même des pommes!

Le buis qui avait gelé a simplement été retaillé mi-mai.

un buis, le 24 avril, au lendemain des gelées nocturnes. le seul qui a gelé en réalité. Aucun soucis pour tous les autres.

Les toutes petites pousses du dahlia ‘Snowflake’, en pot dans la serre, avaient gelé aussi mais plus aucune trace de cela maintenant. Je l’ai repiqué au jardin, il est très beau!
Et en fin de compte, les hostas souffrent bien plus des baveux que des dernières gelées!

Avec le recul, je constate donc que cette vague de froid fin avril n’a pas eu de conséquences désastreuses. Une année n’est pas l’autre et 2017 aura eu ses déboires mais la Nature nous démontre une fois de plus qu’elle a de nombreuses ressources! 

Publié dans Le jardin | 5 commentaires

Cette semaine au jardin (4) : Park Allée

Un nouveau pensionnaire est arrivé dans Park Allée: le petit écureuil offert par Mo Sa lors de mon Auberge de printemps est installé dans les feuillages.

Sur la clôture près de la barrière, la clématite ‘Henryana’ commence sa floraison auprès du rosier ‘Duchesse de Montebello’.

clématis ‘Henryana’

Le rosier ‘Duchesse de Montebello’ a des roses adorables et parfumées. C’est un ravissant rosier! Mais il s’est effondré car j’avais négligé de l’attacher. Lié à la clôture sur le tard, en début de floraison, il n’a pas une forme très harmonieuse. Il faudra que j’y pense plus tôt au prochain printemps!

J’ai installé ici le « Welcome » offert par Martine dimanche dernier.

De l’autre côté de la clôture, on voit le beau ‘Gertrude Jekyll’.

rosa ‘Gertrude Jekyll’

Au pied de ‘Duchesse de Montebello’, une bouture de l’hydrangea paniculata ‘Silver dollar’ offerte par Béné et le géranium ‘Clos du Coudray’ reçu de Valérie.  Je leur ai associé ce printemps une des heuchères pourpres retirées de mes jardinières. Il y a ensuite un géranium phaeum blanc, une hellébore et des géraniums macrorrhizum.

Surplombant la scène, le rosier ‘Sourire d’Orchidée’, planté de l’autre côté de la clôture, se penche doucement.

Au-dessus de Park Allée, la pergola se couvre de rosiers: une bouture de rosa multiflora, réussie avec les bâtons envoyés par Titty, un semis inédit confié par André Eve, ‘Mademoiselle des Minuits’ issu d’une bouture réalisée par Béné et ‘Roville’.

semis inédit de chez André Eve

A gauche de l’allée, il y a le prunus ‘Amanogawa’ avec, à ses pieds, un épimedium, un hellébore, l’euonymus panaché taillé en boule, la persicaria amplexicaule ‘alba’, un aster ‘Lutetia’ et divers semis…
On remarque immanquablement les petits bouquets de roses carminées de ‘Mademoiselle des Minuits’.

rosa ‘Mademoiselle des Minuits’

Devant l’annexe en bois construite il y a tout juste 4 ans, j’ai installé ce petit massif exposé plein nord.  Le rosier multiflora de Tiziana y est planté au pied de la pergola.  
Buis, aster divaricatus, géranium renardii ‘Stéphanie’, brunnera ‘Jack Frost’, dicentra alba, gallium odoratum, fougère, cimifuga ‘White Pearl’ (qui n’a jamais fleuri en 4 ans) et le jeune schyzophragma hydrangeoides qui doit grimper pour habiller le coin de la maison.
Ah, si seulement le gel d’avril ne l’avait pas grillé! Mais il repart, patience…

Il faudrait d’ailleurs que je fasse un petit inventaire des conséquences du gel sur le jardin. Dans l’ensemble, rien de bien grave. Les incroyables ressources de la Nature m’épatent, encore une fois!

Publié dans Le jardin | 17 commentaires